Atelier Béatrice de Clédat
Conservation-restauration d'œuvres et de documents sur papier
Eau-forte

L'eau-forte est un procédé de gravure en creux ou taille-douce sur une plaque métallique à l'aide d'un mordant chimique (un acide). C'est un procédé de taille indirect, par opposition à ceux obtenus par taille directe (à l'aide d'outils tels burin ou pointe sèche).
Le principe est simple: sur la plaque de métal préalablement recouverte d'un vernis à graver, l'artiste dessine son motif à la pointe métallique. La plaque est ensuite placée dans un bain d'acide qui "mord" les zones à découvert et laisse intactes les parties protégées. Après nettoyage du vernis, la plaque est encrée et mise sous presse.
Parmi les différentes procédés d'eaux-fortes, on trouve l'aquatinte, la gravure au lavis ou la manière de crayon. Toutes désignent une technique de gravure où l'image est creusée sur une plaque de métal à l'aide d'un acide. Elles diffèrent en revanche par les outils ou vernis à graver utilisés.

Rapidement employée dès le Moyen Âge par les orfèvres arabes en Espagne et à Damas, elle est dès le début du XVe siècle appliquée dans le domaine de l'image imprimée. De grands graveurs comme Urs Graf, dès 1513, et Albrecht Dürer en 1515 sont parmi les premiers à exploiter cette technique pour ses caractéristiques propres.
À partir des années 1530, l'eau-forte devient très rapidement le moyen d'expression favori des peintres-graveurs.
À l'origine, l'outil employé est une simple pointe, qui permet des effets graphiques proches de ceux de la plume. Cependant, cette technique connaît une importante transformation au début du XVIIe siècle, grâce à des innovations majeures dues à Jacques Callot.
Il ouvre ainsi la voie à un nouveau terrain d'expérimentation : Abraham Bosse, grâce à l'emploi d'un vernis plus mou, permet à l'eau-forte de rivaliser avec le travail des burinistes.
Rembrandt exploite la technique de l'eau-forte au maximum de ses possibilités en adoptant la technique des bains multiples. Il s'intéresse au processus d'impression en testant divers types de papiers, d'encre et de techniques d'encrage. Au XVIIe siècle, Claude Lorrain, Ruysdael et Van Ostade utilisent l'eau-forte pour leurs gravures de paysages. Au siècle suivant, Gabriel de Saint-Aubin pousse la technique au maximum de ses possibilités. Piranèse dans ses Prisons utilise l'eau-forte pour renforcer l'atmosphère étrange des bâtiments. N'oublions pas Watteau, Boucher, Tiepolo.
Au XIXe siècle, de grands noms de la peinture se sont adonnés aux plaisirs de l'eau-forte : Seghers, Goya, Degas, Pissarro, Picasso, Matisse, Gabriel Belgeonne,Charles Paul Renouard et Anne Claude Philippe de Tubières, Comte de Caylus. Gravure de peintre par excellence, l'eau-forte a contribué à donner à l'estampe ses lettres de noblesse. (source Wikipedia)

restauration gravure ancienne paris restauration dessin ancien paris restauration estampe paris restauration pastel paris restauration papier ancien paris restauration carte ancienne paris restauration aquarelle paris restauration afffiche paris restauration lithographie paris plan du site